Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 avril 2012 6 14 /04 /avril /2012 04:02

Christian Soleil interviewed by Jean Duverger - RC-copie-1

 

La France de 2013 sera le premier emprunteur en euros du monde, avec 220 milliards pour l’année soit un milliard par jour ouvrable. 85 % de cette dette sera détenue par des investisseurs étrangers.

A quelques jours d’élire un nouveau président de la République, les Français doivent donc s’interroger : Quel homme, quelle femme est en mesure de détourner le pays du mur vers lequel des gouvernements successifs l’ont orienté ? Quelle homme, quelle femme aura la compétence de réduire la spirale de l’endettement sans pour autant casser la croissance ? Sans croissance en effet, impossible de réduire la dette. Notre avenir serait un puits plus profond que la Fontaine de Vaucluse.

Quelles qualités essentielles devrait revêtir notre futur président(e) ? Une forte compétence économique, une maîtrise des langues étrangères qui lui permette de « tutoyer » -- sans grossièreté si possible, c’est une image -- les dirigeants européens dans leurs langues respectives, une dimension internationale et une image forte à l’étranger, enfin une capacité à fédérer les énergies au-delà même de son camp. Il sera en effet nécessaire d’unir les Français plutôt que de les diviser : c’est dire l’importance du changement nécessaire.

Pour complaire à la France, l’homme ou la femme désigné(e) par les urnes devra aussi adopter un comportement conforme aux règles de la morale conventionnelle. Pas question d’élire un libertin ! Encore moins une libertine, cela va sans dire. Certes cela tombe bien. Nous disposons de candidat(e)s qui n’ont pas à ce point laissé libre cours à leur imagination.

L’UMP préside la France depuis 1995, soit dix-sept ans. On sait qu’à partir de lundi 16 avril, le leader des marchés à terme Eurex va lancer un produit favorisant une spéculation sur la dette française.  La France pourrait donc être victime d’attaques spéculatives sur sa dette. Les contrats prendraient la forme d’un produit d’assurance sur les obligations assimilables du Trésor français (OAT). Ils sont lancés à quelques jours du premier tour de la présidentielle. Pur hasard ?

La France va devoir, tout comme l’Espagne, plonger dans une extrême rigueur très vite après l’élection de son nouveau président. Les Français le savent. On l’espère pour eux. Leurs voisins européens l’ont en tout cas compris. Il n’est qu’à lire la presse allemande ou anglaise pour s’en convaincre.

Voilà pourquoi je ne voterai pas pour un candidat susceptible de dégrader l’image de la France à l’étranger ou de passer dans le Time et une bonne partie de la presse étrangère pour un « président xénophobe ». Voilà pourquoi je ne voterai pas pour un candidat qui aurait creusé la dette du pays pour moitié afin de faire des cadeaux fiscaux aux moins nécessiteux. Voilà pourquoi je ne voterai pas pour un candidat incapable de peser sur l’Allemagne pour favoriser un rôle élargi de la BCE. Voilà pourquoi je ne voterai pas pour un candidat capable de lancer dans l’émotion d’un fait divers un nouveau projet de loi tous les matins – parfois un projet de loi déjà existante, le plus souvent un projet de loi qui ne verra pas le jour ou dont l’application sera renvoyée aux calendes grecques, l’émotion ayant été remplacée la semaine suivante par une autre.

Voilà pourquoi je voterai – par procuration – pour le candidat qui, sans correspondre exactement aux critères définis plus haut, disposera d’un programme en partie crédible -- complètement serait mieux, mais le magasin est en rupture de stock --, raisonnable et fédérateur, doté d’un fort sens de la synthèse pour tenter de rassembler ses compatriotes, d’une nécessaire constance, d’une fermeté courtoise pour pouvoir peser sur nos partenaires européens et non plus se coucher à leurs pieds, avec un programme de diminution de la dette qui allie rigueur et progressivité, afin de ne pas mettre en cause la nécessaire croissance.

Si le candidat pour lequel je vote est élu, bien sûr, je ne le fêterai pas. L’heure ne sera de toute façon pas à la fête.

Christian Soleil.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Blogue littéraire et culturel de Christian Soleil
  • Blogue littéraire et culturel de Christian Soleil
  • : Présentation de l'actualité littéraire et culturelle internationale par Christian Soleil
  • Contact

Recherche

Liens